Déléguée en vedette – Amira Shousha et « Girl Talk »

AVERTISSEMENT DE CONTENU : Suicide

Lorsqu'Amira Shousha s'est inscrite aux Héritières du suffrage (HdS) en 2019, elle ne s'attendait pas à ce que cela ait un tel impact par la suite.

 

« J'avais cette énergie que je ne pouvais pas expliquer. Je voulais faire tellement de projets dans tellement de directions différentes », a-t-elle déclaré. « J'étais tellement enthousiasmée par sujet (HdS). L'ensemble du processus a été très émouvant et très stimulant également. Jusqu’ à ce jour, je suis en permanence à la recherche de nouvelles opportunités pour retrouver ce frisson afin que je puisse continuer à en faire plus. »

 

Amira a représenté Edmonton-Ouest dans le cadre du programme des Héritières du suffrage. Elle est actuellement étudiante en troisième année à l'Université de l'Alberta et étudie la psychologie avec une mineure en sociologie. D'origine égyptienne, Amira a vécu au Canada toute sa vie et s'est déplacée de nombreuses fois lorsqu'elle était plus jeune. Elle a déménagé dans de nombreux endroits et aime rencontrer de nouvelles personnes pour acquérir de nouvelles expériences.

 

« J'ai ce besoin énorme de puiser dans différentes rencontres, découvrir des personnes avec lesquelles je n'ai pas été élevé. J'aime me remettre en cause. C’est ainsi que je grandis et que je me développe. »

 

Après l’initiative HdS en avril 2019, les déléguées ont eu la possibilité de demander la subvention Rosemary Speirs pour le leadership et de gagner 1000 $ pour un projet. Amira en a profité pour enrichir un projet qu'elle avait déjà créé, Girl Talk.

 

Girl Talk parle de jeunes filles qui sont principalement musulmanes, âgées de 13 à 17 ans, qui rencontrent Amira sur une base hebdomadaire pour avoir un débouché pour parler de différents sujets, y compris l'identité et la santé mentale, les luttes et les problèmes ainsi que les opportunités auxquelles elles sont confrontées

 

« Je voulais que ce soit pour elles comme une bouffée d'oxygène semblable à celle que m’a procuré les HdS, qu’elles aient une énergie positive autour d'elles avec du mentorat et des conseils les unes pour les autres, et leur fournir un espace et une plateforme pour qu’elles soient vraiment en phase avec qui elles sont en tant que personnes », a déclaré Amira. « Ce sont avant tout des femmes et des jeunes filles musulmanes de différentes cultures, qui ont reconstruit leur identité de femmes musulmanes et leur a permis d’en être fières. Je pense qu'à cet âge, il est difficile d’assumer ce qui vous rend différent, vous voulez vous fondre dans la foule. Je leur donne donc la possibilité et l'espace d'être fières de qui elles sont. »

 

Amira a utilisé l'argent de la subvention pour organiser une journée portes ouvertes pour Girl Talk et réaliser une vidéo présentant les participantes pour promouvoir le projet auprès des autres. Girl Talk compte désormais 21 à 22 jeunes filles impliquées. Avec l'argent restant, Amira a fabriqué des kits de santé mentale pour chaque fille avec des bombes de bain, des kits de visage et des accessoires - quelque chose qu'elle pensait simple, mais qui a eu un impact énorme.

 

« En termes de santé mentale, il y avait une jeune fille dans notre communauté et il y avait des doutes quant à savoir si elle avait des tendances suicidaires ou non. Elle avait le même âge qu'elles et elle voulait joindre le groupe. Ce fut un moment très émouvant pour moi et pour elles », a déclaré la déléguée. « Nous avons perdu une jeune fille de notre communauté, elle est décédée en septembre et nous ne nous en sommes pas encore remises. Je pense que la santé mentale est devenue une préoccupation centrale à cause de cet incident, car les jeunes filles sont plus susceptibles d'être en phase avec ce qu'elles ressentent et comment l'exprimer à d'autres personnes et elles savent qu'elles y sont autorisées. »

 

Les discussions à Girl Talk ne sont pas limitées et Amira veulent qu'elles parlent de ce qui est important pour elles tout en restant ludique. Bien que les conversations ne soient pas restreintes, il existe différents événements pour des engagements spécifiques. Amira a organisé un événement pour les mères et les filles destiné à celles qui ont du mal à dialoguer. L'événement a permis aux filles d'expliquer ce qu'elles pouvaient vivre tout en leur permettant en même temps de comprendre pourquoi leur mère réagissait de telle ou telle manière.

 

« Depuis lors, je les ai fait communiquer avec leurs frères et sœurs et renforcer le lien avec leur famille et leurs mamans, ce qui, je pense, est une relation vraiment importante, sinon la plus importante. Cela génère de la stabilité et je pense que cela donne du temps pour comprendre des choses qui sont difficiles, comme ce que vous voulez faire de votre vie et que vous avez besoin de soutien. »

 

Amira dit que la HdS fut l'occasion qui a contribué à renforcer le dynamisme qu'elle portait déjà en elle et l'a motivée à continuer d'aider les autres à atteindre un niveau supérieur.

 

« J'avais besoin d’un déclic pour me motiver et j'attribue cela à HdS parce que dès que cela a eu lieu, ma vie est allée dans une direction complètement différente. Une partie de cette découverte a été faite d'autoréflexion et de maturité. En me développant moi-même comme individu, je les aide à se développer et c'est positif. Quand j'ai vu que j'avais un impact, cela m'a rendu plus résiliente et plus forte en tant que personne. Je suis en mesure d'encadrer les gens et d'être un modèle pour eux, cela fait de moi une meilleure personne et j’en suis éternellement reconnaissante », nous dit Amira. « J'espère vraiment que HdS se poursuivra au cours de ces prochaines années. C’est une part importante de notre société, principalement pour ce groupe d’âge ».

 

Si vous souhaitez contribuer à votre communauté comme Amira, et que vous étiez déléguée des Héritières du suffrage en 2017 ou 2019, vous avez jusqu'au 15 janvier pour postuler à la Subvention Rosemary Speirs pour le leadership !

Aidez-nous à réaliser notre mission.

Nous avons besoin de votre aide afin de continuer à plaidoyer et à organiser.
Quelle que soit la taille de votre don, il nous aide à continuer à propager notre message.