BLOG - Sénatrice Wanda Thomas Bernard - « Faire partie » du milieu politique

Contribution de la sénatrice Wanda Thomas Bernard, Sénatrice Canadienne pour la Nouvelle Écosse.

« Faire partie » du milieu politique

Lorsque j'ai annoncé que je comptais représenter la Nouvelle-Écosse au Sénat du Canada, on m'a dit que je n'avais rien à faire en politique. Lorsque j'ai demandé une référence pour appuyer ma candidature, une personne a répondu qu'elle ne me considérait pas comme un chef politique et ne me fournirait pas de référence. Un autre contact a déclaré qu'il ne pouvait pas me soutenir dans mon entreprise politique car il ne m'avait jamais vu active en politique. Dans les deux cas, ces personnes avaient une vision traditionnelle de l'engagement politique qui ne m'incluait pas. Le message que j'ai reçu était fort : je n’avais rien à faire en politique.

De nombreuses femmes, en particulier celles qui sont racisées et marginalisées, entendent des messages similaires enracinés dans le racisme, le sexisme, le validisme et autres préjugés associés à notre identité. Ce message de doute accablant a une incidence sur leur estime de soi et suffit souvent à créer un obstacle à l'entrée en politique. Les femmes entendent ce récit à propos de « qui est légitime » en politique de nombreuses manières : leur comportement modéré n’est pas digne d’un(e) politicien(ne) ; ou leurs enfants ont besoin d'une mère à la maison. Parfois, il s'agit de l'inadéquation de leurs carrières précédentes, souvent dans des domaines dominés par les femmes. Beaucoup de gens n'ont pas reconnu la nature profondément politique de mon travail. Les bases de ma carrière dans le travail social me permettent de mieux comprendre les besoins de nos communautés et mes propres expériences me permettent de naviguer dans les systèmes sociaux et politiques.

Au lieu de laisser les messages de doute m'arrêter, j'ai utilisé ma frustration pour alimenter ma détermination. J'ai eu le soutien de nombreux membres de la communauté ; cependant, certains ne voulaient pas me perdre au niveau local. Ils reconnaissaient mon engagement civique, mais ne pouvaient peut-être pas encore voir cela a une autre échelle ; le fait que j'utiliserais ce poste pour promouvoir ma communauté à un niveau qui ne m'était pas offert dans le cadre de ma carrière de travailleuse sociale. Au-delà du niveau local, il y a peu de femmes d’ascendance africaine occupant des postes de pouvoir, et donc pouvant servir d’exemple. Mon lien avec les communautés de la Nouvelle-Écosse est ce qui me motive en politique. Mon engagement civique me préparait à la politique, cela ne m'en excluait pas.

Je n’ai pas accepté ce récit commun qui définit ce qui est « politique » ou qui détermine qui ressemble à un(e) politicien(ne). J'ai créé mon propre récit.

Mon conseil aux femmes, aux personnes racisées et marginalisées est de créer votre propre discours. N'attendez pas d'être choisie. Placez-vous dans la course. Proposez-vous comme capitaine d'équipe de votre équipe sportive. Impliquez-vous auprès de votre conseil d'élèves du secondaire, et peut-être même présentez-vous comme présidente. Créer votre propre discours suscite deux changements. Tout d'abord, cela va changer l’image que vous avez de vous-même ; vous êtes capable d’occuper ces postes. Deuxièmement, en occupant ces postes, vous créerez un changement dans le discours de votre communauté sur qui peut mener en politique.

Cet automne, lors de l'élection fédérale, j'encourage tous les électeurs et toutes les électrices à être critique vis-à-vis de leurs partis pris inconscients quant à qui est légitime en politique. Je demande aux électrices et aux électeurs d’analyser comment cet à-priori influence leur vote. Votez pour un(e) candidat(e) qui représentera bien votre communauté. Votez pour un(e) candidat(e) dont l'engagement civique l'a préparé(e) à ce poste. Votez pour changer le discours canadien de qui « fait partie » du milieu politique.

 

*Ce contribution a été traduit par AVE

Aidez-nous à réaliser notre mission.

Nous avons besoin de votre aide afin de continuer à plaidoyer et à organiser.
Quelle que soit la taille de votre don, il nous aide à continuer à propager notre message.