BLOG - SHARI GRAYDON, INFORMED OPINIONS - LA DEMOCRATIE A BESOIN DE FEMMES ; LA POLITIQUE DU DENEIGEMENT LE PROUVE

Par Shari Graydon, Informed Opinions

Le déneigement peut-il être sexiste?

Même si vous vivez à Ottawa, une ville qui enlève la neige de son centre-ville avec une précision militaire, vous ne vous êtes probablement jamais posé(e) la question. Avant de lire Invisible Women – Data Bias in a World Designed for Men (« les femmes invisibles - des données biaisées dans un monde fait pour les hommes ») de Caroline Criado Perez, il ne m’était jamais venu à l’esprit de poser la question non plus.

Mais il importe que la réponse soit oui. Et ce n’est qu’une raison parmi mille autres pour lesquelles notre démocratie a besoin de faire élire un nombre suffisant de femmes afin d’effacer leur sous-représentation chronique dans les coulisses du pouvoir.

Lorsque vous grandissez dans un monde dominé par des décideurs de sexe masculin, l’hypothèse par défaut est que c’est comme cela que cela doit être. Et beaucoup des histoires que nous nous racontons - « les hommes sont de plus grands preneurs de risques », « les hommes ont plus de confiance en eux-mêmes », « il est plus facile pour les hommes de collecter des fonds » - renforcent notre volonté d’accepter ce statu quo.

Mais beaucoup d'autres pays - certains avec des démocraties beaucoup plus jeunes et des économies beaucoup moins avancées - réussissent mieux. En dépit des progrès importants réalisés par les femmes dans tous les domaines, le Canada occupe le 61ème rang mondial en termes de représentation politique des femmes. Et notre incapacité à tirer parti des talents et des idées portés par les femmes a des implications énormes dans tous les aspects de nos vies.

Nous comprenons intuitivement à quel point ce serait ridicule si les parents étaient en grande partie laissés de côté des décisions politiques qui affectent les familles… Si les personnes en situation de handicap avaient peu ou pas de voix quand il s'agit de rendre les villes et la technologie accessibles. Et pourtant, même si nous sommes en 2019, les femmes n’occupent encore que 27% des sièges de notre parlement fédéral. C'est indéfendable.

Les voix des femmes dans les médias sont également sous-représentées. C'est ainsi qu'au cours des dix dernières années, Informed Opinions a formé des femmes de tout le pays à traduire leurs connaissances et leurs expériences dans de nombreux domaines et secteurs en commentaires d'actualités. Nous motivons et soutenons les femmes qui aident le grand public à comprendre les problèmes importants de notre vie. Plus d'un millier d'entre elles l'ont fait.

Pour tenter de comprendre les histoires qui manquent en l’absence de voix de femmes, nous avons créé un nuage de mots à partir de 100 articles publiés par des femmes que nous avons formées. En supprimant les mots qui figuraient aussi couramment dans les textes édités par les hommes, nous avons pu identifier les sujets et les préoccupations qui retiennent le moins l’attention si les femmes ne sont pas consultées.

 

Certaines des questions figurant sur la liste sont prévisibles. Même avant le mouvement #MeToo, les mots « sexuel » et « agression », « violence » et « femme » étaient prédominants. Mais de nombreux autres mots soulignent les questions essentielles de survie pour tous les êtres humains, tels que «nourriture» et «eau», «preuves» et «sécurité», «maladie» et «traitement».

Nous avons également récemment lancé un outil numérique en ligne qui mesure en temps réel le pourcentage de femmes et d'hommes cité(e)s dans des médias influents. Notre indicateur de l'écart entre les genres montre clairement que la voix des hommes dans le discours public l'emporte à plus de deux contre un. Cela nous indique également que 60% des personnes citées le plus souvent sont des politiciens. C’est pourquoi il est si important que les chefs de parti nomment des cabinets d’équilibre entre les genres. Notre représentation équitable dans un domaine contribue à éliminer notre absence dans l’autre.

 

Lorsque Rachel Notley est devenue chef du NPD de l’Alberta, elle a dit à son équipe : « Ne pensez même pas à me présenter une liste de candidatures qui ne soit pas équilibrée entre les genres ». Et entre maintenant et les prochaines élections, Informed Opinions collaborera avec À voix égales et d'autres pour encourager tous les partis politiques à adopter ce principe d'équité entre les genres. Parce que c’est fondamental pour la représentation.

En ce qui concerne le sexisme du déneigement, voilà l’histoire :

L’ordre de priorité dans lequel les rues sont déneigées peut avoir des conséquences importantes sur la vie des femmes. Non seulement cela, mais ces conséquences peuvent finir par coûter cher aux contribuables en coûts de soins de santé.

Pour faire court ; dégager les voies piétonnes et les itinéraires de transport en commun en premier, au lieu des artères principales, se traduit par moins d'accidents et de visites à l'hôpital, où les femmes sont les premières impliquées. Ceci parce que la plupart des hommes se déplacent seuls, tandis que de nombreuses femmes se déplacent encombrées de sacs de courses, de poussettes ou de parents plus âgés. Les femmes marchent généralement plus loin que les hommes, en partie parce qu'elles ont tendance à être plus pauvres.

Vous pouvez lire Invisible Women (« Femmes invisibles ») vous-même pour identifier une myriade d'autres raisons. Comme le fait que les logiciels de reconnaissance vocale masculine favorisent les hommes mettant ainsi en danger la vie des femmes ou que les évaluations de performance biaisés en faveur des hommes bloquent nos carrières. Les élu(e)s ne sont pas les seuls responsables de la résolution de ces problèmes, mais comme leurs contrats doivent être renouvelés tous les quatre ans, il est plus facile d’assurer la parité des genres dans leurs rangs.

Donc, pour cette élection fédérale, si vous ne vous présentez pas vous-même, soutenez une femme qui le fait, dont vous partagez les valeurs et les priorités. Frappez aux portes pour elle, faites un don à sa campagne ou invitez vos voisins à la rencontrer et à la soutenir également.

Le déneigement n’est que la toute petite pointe de l’iceberg des nombreuses lacunes en matière de politiques, et il reste encore tant à faire pour que le Canada soit véritablement aussi démocratique, juste, en santé et prospère qu’il pourrait l’être.

Shari Graydon est la fondatrice et la catalysatrice d’Informed Opinions, qui a pour objectif d’amplifier la voix des femmes afin de combler l’écart entre les genres dans le discours public canadien d’ici à 2025.

* Rachel Notley a parlé de ceci dans le fabuleux fichier balado « No Second Chances » (« Pas de deuxième chance ») de Kate Graham. Chacun des 12 épisodes offre un contexte, une inspiration et des éclaircissements sur l’importance cruciale des femmes en politique.

Aidez-nous à réaliser notre mission.

Nous avons besoin de votre aide afin de continuer à plaidoyer et à organiser.
Quelle que soit la taille de votre don, il nous aide à continuer à propager notre message.