BLOG - Entrevue avec Sonia Kont

Née dans l'est de la Turquie, Sonia est une fière Canadienne au patrimoine kurde. Dès l'âge de 16 ans, Sonia a participé aux élections générales du Canada et continue de veiller à ce que les meilleur(e)s candidat(e)s soient élus. Elle continue de siéger aux conseils de circonscription provincial et fédéral de sa circonscription.

Sonia a été présidente de l’aile jeunesse du Parti conservateur de l’Alberta, où elle a plaidé en faveur de la prochaine génération de dirigeant(e)s. Sonia a aussi fait partie de l'équipe de négociation entre le parti Wildrose et le Parti conservateur et a contribué à créer un cadre pour le PC unifié de l'Alberta (UCP). Elle a également exercé les fonctions d'administratrice et présidé le comité de communication du conseil d'administration de l'UCP. De plus, elle a également présidé la campagne de nomination du ministre Savage. Sonia est une fière membre d’À Voix Égales et participe au sein de la branche locale d’AVE dans le sud de l’Alberta.

Sonia a récemment rejoint le Conseil d’Administration national d’À Voix Égales en tant que directrice pour l’Alberta.

Nous lui avons posé quelques questions sur son implication dans la politique et ses espoirs pour l'avenir.

 

  • Comment avez-vous commencé votre carrière en politique ?

Mon engagement et mon intérêt pour la politique ont commencé en 6ème année lorsque notre classe a participé au programme de vote étudiant. Je me souviens très bien de cette journée. Mon professeur a écrit les résultats des élections de la classe sur le tableau … 25 pour les libéraux et 1 pour les conservateurs. Et surprise !... Ce vote conservateur c’était moi !

J'ai acheté ma première adhésion au PC de l’Alberta lorsque j'avais 14 ans et j'ai commencé à faire du porte-à-porte pour divers candidat(e)s aux élections provinciales. À peu près à la même époque, j'ai également été élue au conseil de ma circonscription, que je continue de servir. À l'université, j'ai présidé un club conservateur sur le campus et participé à diverses campagnes. J'ai également été présidente de l’aile jeunesse du PC de l’Alberta.

J'ai commencé la politique très jeune et si c’était à refaire je ne changerais rien.

 

  • Quels sont vos espoirs pour les femmes qui se présentent aux élections aujourd’hui ? Qu'en sera-t-il dans 20 ans ?

La politique peut être intimidante et parfois très difficile. Entourez-vous de bonnes personnes et de mentors. Cela fait vraiment une grande différence. Mon conseil principal et le plus important c’est : prenez soin de vous. Vous pouvez vous épuiser très vite, mais souvenez-vous que prendre soin de vous-même est également vital. Trop de gens en politique l'oublient.

Mon conseil dans 20 ans serait le même. Rappelez-vous que la politique concerne les gens et non ce qui se dit sur Twitter. Restez vraie et réelle. Les électeurs aiment ça.

 

  • Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui envisagent de se présenter ?

Se présenter devant les électeurs / électrices est un grand sacrifice financier et personnel. Organisez-vous en amont, construisez votre équipe, collectez des fonds tôt et n’oubliez pas de poser des questions ! Un plan de bataille solide vous aidera énormément. Assurez-vous de consulter vos proches avant votre campagne… Je ne saurais trop insister là-dessus.

 

  • Comment les autres peuvent-ils soutenir les femmes qui se présentent?

Le porte à porte, les appels téléphoniques, la fabrication de pancartes, la distribution de tracts et les dons sont très utiles dans les campagnes et aident à faire élire les meilleur(e)s candidat(e)s ! Les campagnes électorales nécessitent beaucoup de soutien et de ressources. D'autres peuvent vraiment aider en faisant du bénévolat ou en participant au recrutement de bons bénévoles.

 

  • Pensez-vous que vous vous présenterez un jour à un poste politique ?

Un jour, j'espère pouvoir servir ma communauté. Mais savoir choisir le bon moment est primordial et personne ne devrait se précipiter lorsqu’il s’agit de briguer un poste. Acquérir de l'expérience dans le secteur privé et me concentrer sur ma carrière est ma première priorité. Pour le moment, je vais poursuivre le porte à porte pour les autres !

Aidez-nous à réaliser notre mission.

Nous avons besoin de votre aide afin de continuer à plaidoyer et à organiser.
Quelle que soit la taille de votre don, il nous aide à continuer à propager notre message.